Avocats : référencez votre site Internet

Publié le par Juricommunication


Référencer son site internet est une pratique devenue aujourd’hui incontournable. Le référencement dont l’objectif est avant tout d’accroître la visibilité d’une entreprise, d’un cabinet, d’une personne, doit être pris en compte lors de la création du site internet. Un site visible, accessible, mais essentiellement qualitatif est générateur de trafic et de chiffre d’affaires. Même s’il n’existe aucune donnée chiffrée sur le référencement des professions juridiques, il est évident que la tendance va en s’accroissant.

 

I-  Qu’est-ce que le référencement

Le référencement est une action d’optimisation d’un site Internet dont l’objectif est d’augmenter le trafic émanant des moteurs de recherche. Il faut alors optimiser son site Internet pour permettre aux moteurs de recherche d’auditer de très nombreux éléments, que ce soit au niveau des critères “off page” ou “on page”, entre autres. C’est alors qu’est pris en compte le contenu, en effet, la quantité et la qualité des liens pointant vers un site sont extrêmement influents pour le positionnement d’un site. L'utilisateur européen moyen utilise Internet en moyenne 16,5 jours par mois. D’où l’utilité d’un référencement adéquate et ciblé. L’outil d’évaluation de Google (leader mondial), le Google PageRank – noté de 0 à 10 - permet d’estimer la valeur d’une page web. Il détermine la qualité et la quantité des liens entrants (appelés back links), c’est un moyen efficace et rapide de connaître la popularité d’une page donnée. Les principes de base d’un référencement, quelque soit le référencement choisi, sont tout d’abord l’identification à la bonne indexation du site, le choix des mots clés et enfin la distinction des tags (destinés à définir la mise en page ou à insérer des instructions).

La demande émanant des cabinets d’avocats (de 1 à 5 associés en moyenne) se développe depuis 8 mois environs, analyse Eric Lievens, directeur commercial de Scopeo, agence de web marketing. Ceux-ci ont compris et intégré l’importance, non seulement d’une communication, mais également le référencement de leur site internet - incontournable-  de leurs domaines d’activités, leurs actualités, leurs écrits et autres blogs. L’équation est à la fois simple et stratégique. En effet, le numérique, les informations dématérialisées (plaquette téléchargeable…), Internet, sont autant de composantes  désormais indissociables de l’activité d’une structure. Même les très petites structures d’avocat (de 1 à 5 personnes) se dotent d’un site internet, souvent réalisé par une agence. Les comportements évoluent, ainsi le site internet d’un cabinet est inachevé s’il ne comporte pas de mots clés lui permettant d’être référencé de façon optimum,  c'est-à-dire être visible, visité et ainsi pousser l’internaute à prendre attache avec le cabinet. En effet, plus le nom du cabinet, grâce à ses compétences (rédaction d’articles, affaires suivies…) sera « visible » par les internautes plus l’impression de compétence sera grande.

II-            L’internet, outil leader de la communication

« L’avenir passe aujourd’hui par le mobile et internet », avertit David Ajenstat, fondateur et directeur de Labelium. « Les gens seront de plus en plus connectés, ils habitent de plus en plus loin de leur travail, le temps dans les transports en commun augmente. L’humanité va devenir plus nomade ». La nouvelle donne est donc dans le mobile. Les cabinets doivent se positionner maintenant afin de ne pas perdre en visibilité. En effet, en quelques années à peine,  Internet est devenu l’outil, voire le seul outil - suivant la population et les tranches d’âges - utilisé pour rechercher des informations, mais également pour communiquer. Aujourd’hui, toute stratégie de communication comporte dans son plan média l’offre Internet et référencement. Les enquêtes de Médiamétrie et de comScore démontrent l’importance de l’Internet. Ainsi, parmi les moteurs de recherche les plus utilisés en 2007, Google tient la première position mondiale avec 536 millions de visiteurs uniques dont plus de 23 millions d’internautes uniques âgés de 15 ans ou plus, application internet incluses, touchant ainsi 69 % des internautes de l’hexagone. Dominant ainsi MSN/Windows Live, 528 millions de visites dans le monde dont plus de 18 millions de visiteurs uniques en France,, suivi de près par Orange avec plus de 16 millions de visiteurs. Quant à Yahoo,  il est le petit dernier du top six avec 470 millions de visiteurs dont plus de 12 millions en France. Ce site est talonné de près par un des seuls annuaires (le premier étant Yahoo !) classé parmi le top 30 des sites les plus visités en France : PagesJaunes.fr. Il est donc primordial de ne pas négliger ce type d’annuaire qui accroît considérablement la visibilité. 

   

III-           Les différents types de référencement

Une des premières étapes dans le process d'optimisation de la visibilité d'un site web dans les moteurs est la recherche de mots clés. Il s'agit d'identifier les requêtes envoyées par les internautes aux moteurs en rapport avec l'activité du site web à optimiser. L'objectif final est de positionner le site sur les requêtes sélectionnées.

L’un des plus importants processus pour tous ceux désirant porter leur site web dans les premiers résultats des moteurs de recherche est sans doute l’étude de sa concurrence. En effet, l’analyse des sites concurrents peut révéler vos faiblesses, forces, opportunités et menaces (SWOT) et donc optimiser son référencement pour les moteurs de recherche. On distingue alors différents référencement selon ses besoins :

a)     Le référencement naturel 

 

L’objectif est non seulement d’inscrire son site dans les bases de données des moteurs de recherche mais également de le positionner en tête des sites proposés lors de prospections réalisées par les internautes par un ou des mots clés. Sachant qu’un internaute tape 2,7 mots sur un moteur pour effectuer une recherche, la méthode est alors la suivante : identification des barrières à la bonne indexation du site, choix des mots clés, définir les tags et accompagner leur déploiement du site, enfin maximiser la popularité du site par l’obtention de backlinks.

 

b)    Le référencement aux résultats                                                                                            

Il s’agit d’une solution de référencement fiable sur le plan technique et marketing et rentable sur le plan financier. Le principe est simple : mettre en place un processus de référencement naturel classique, mais au lieu de payer un package annuel sans garantie de positionnement, vous ne payez qu'à partir du moment où votre site est positionné sur les outils de recherche. Ce référencement payant, par l’achat de mot clés n’est pas une garantie de positionnement.

c)     Le référencement comportemental                                         

C’est l’extraction des connaissances à partir de données (ECD). C’est à dire l’étude du comportement des internautes, en fonction donc des comportements suivant la cible et les clients. Cela permet donc de cibler en amont, et de générer un trafic plus important.

d)    Le référencement délégué

Il s’agit de la prise en charge par un prestataire spécialisé de la création du site internet et de son référencement en réduisant les phases de validation marketing et technique. Le prestataire se charge de mettre en place, non seulement votre référencement, mais aussi tous les aspects de webmastering liés à cette prestation.

e)     Le référencement direct 

C’est un référencement selon un nombre de mots clés par rapport à un tarif prédéfini.

 

Pour les webmasters en  herbe, Google vous guide pas à pas : http://www.google.fr/support/webmasters/bin/answer.py?answer=35769&hl=fr

 

IV-           Pour quel budget 

Pour une prestation déléguée, c’est à dire sur une base de création du site de 6 à 10 pages, de la création de la charte graphique, du référencement naturel de 30 mots clés,et de la maintenance mensuelle, il faut prévoir un budget de 5 000 à 8 000 euros sur 18 mois, puis 1 000 à 1 600 euros en moyenne par an pour la maintenance du référencement.                                                                                                            Pour un référencement au résultat, sur la base de 20 mots clés, comprenant le paramétrage,la configuration du site, le tarif est d’environ 1 300 euros par an plus 300 euros/mois en moyenne, suivant la performance. Les résultats sont visibles à partir du deuxième mois approximativement.                                                                                                      En ce qui concerne le référencement comportemental, la facture s’alourdit de 25 à 30 % par rapport au référencement au résultat. Pour un grand compte, le référencement naturel peut varier de 8 000 à 30 000 euros, selon la demande. Quant au référencement « packagé », la moyenne, pour 10 mots clés, une solution de base à 2 600 euros jusqu’à 3 200 euros par an est envisagée. Le référencement payant le coût au pourcentage varie selon la demande, des agences proposent des forfaits allant de 500 à 1500 euros/mois, en moyenne. 

Par Sabrina Tantin, consultant en marketing et communication chez Jurimanagement

www.jurimanagement.com

Sources : comScore / Médiamétrie/Netratings Labelium/ Scopeo/Google

 

Publié dans Référencement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Digg like de référencement francophones 04/01/2013 18:22

j'ai l’honneur de lire votre article car le sujet est hyper intéressant très instructif, nos connaissances ont toujours besoin de tels articles pour rester en mise à jour avec ce qui nous entoure,
continuez dans ce sens et merci!!